TRACI  LORDS

Traci Lords

                                 

A FALLEN ANGEL

 

Fallen Angel

 

Traci Elizabeth Lords (de son vrai nom Nora Louise Kuzma) bien qu'ayant arrêté ses activités dans le milieu depuis 1987, reste et restera sans doute encore longtemps associée aux films X. Sa courte carrière dans le porno (1984-1987) est surtout connue car la demoiselle n'avait pas l'âge légal. Après saisi de tous ses films et diverses histoires plus sordides les unes que les autres, elle se reconvertit dans le cinéma "normal" avec plus ou moins de bonheur (plutôt moins que plus) et aussi la musique lors d'un 1000 Fires anthologique. Il n'y a donc en fait pas grand chose à raconter sur Traci Lords, la plupart de ses oeuvrettes X ayant disparu de la circulation et sa carrière mainstream étant assez foireuse, il ne reste plus qu'à admirer le physique légendaire de cet ange déchu.

THE Body  Traci

Née en 1968 dans un petit village de l'Ohio, elle passe une enfance heureuse avec ses 3 soeurs. Jusqu'à ce que son propre père, un ouvrier alcoolique, la viole alors qu'elle n'avait à peine 10 ans (cet événement traumatique est abordé de manière magnifique sur la chanson "Father's Field", sur son album 1000 Fires). A l'âge de 14 ans, sa mère divorça et emmena sa famille en Californie. Dès l'âge de 14 ans Traci abandonna les études et devint accro à la cocaïne et à l'alcool. Elle s'enfuit à 16 ans. Elle prend le nom de Traci Lords et commence à poser nue (en prenant bien soin de cacher son âge véritable), elle est le modèle du mois dans le Penthouse d'Octobre 1984. Elle enchaîne en commençant sa très prolifique carrière d'actrice X. Et c'est durant l'été 1986 que le FBI mit fin à ses activités lorsqu'il fut révélé que Traci n'avait pas l'âge légal pour tourner dans des pornos. Après un dernier film en 1987 lorsqu'elle eut atteint l'âge requis, elle quitta définitivement l'industrie du X.

Aie ! Carrrrrrrramba !

Son premier film "tout public" fut une production Roger Corman (le plus célèbre producteur de séries B/Z du monde). Not Of This Earth, sorti en 1988, est un nanar purement Z. En 1990, le génial John Waters lui offrit un véritable rôle dans son Cry Baby, aux côtés de Johnny Depp. Le film est réussi et offre l'occasion à miss Lords de prouver qu'elle pourrait être une véritable actrice si on lui en donnait l'occasion. Elle enchaîne avec des téléfilms plus ou moins foireux (dont les Tommyknockers d'après Stephen King, où elle joue le rôle d'une... nymphomane) et autres pseudo séries B d'action, ridicules dans leur ensemble. Mais la carrière cinématographique de Traci est surtout une succession d'occasions manquées. Elle a participé au casting de Dick Tracy (Madonna lui sera préférée, quelle erreur !), Cool World (Kim Basinger l'emporta, dommage), Dracula (là, on lui préfèra Sadie Frost... pourquoi pas ? Le film est raté de toute façon) et surtout Casino. Scorsese était prêt à l'embaucher pour son premier véritable rôle, qui lui aurait permis de faire oublier sa carrière X. Malheureusement au dernier moment ce fut Sharon Stone qui l'emporta. Triste.

Traci  Lords

A cette époque Traci Lords se consacre à une possible carrière musicale. Après une collaboration anthologique avec les Manic Street Preachers, elle enregistre tout un album "Dance/Techno" : 1000 Fires. Et c'est une véritable réussite. Bien sûr la chtite Traci est diantrement bien secondée par entre autres : Ben Watkins, Babble, Mike Edwards, Keith Fernley, etc.... Mais ses textes et sa voix font vraiment beaucoup pour la réussite de cet album délicieux. Le premier morceau, l'épique Control, est ni plus ni moins que le meilleur morceau dancefloor de la décennie (à égalité avec le What Time Is Love de KLF), une irrésistible fusion techno/dance survolée par une Traci telle qu'on en rêve ("Let me control your soul. Let me control"). Le reste de l'album mélange les genres et les influences (percussions tribales, ambiances latinos, ambient, trip hop avant l'heure sur le sublimissime Father's Field, etc....) L'ensemble donne un album très riche, très varié et pas ennuyeux une seule seconde, emplit de tubes en puissance (Outlaw Lover, Say Something, le géniallissime Okey Dokey qui conclut l'album au même niveau que son début...). Osant aller au bout de son image tout en mettant pour une fois bien plus que son corps à nu, avec les sublimes Fallen Angel ("You're drowning in excess Thoughts of suicide  Like a mirror  You can't hide  Fallen Angel") et Father's Field, elle transcende son image. En clair Traci Lords réussit là où on l'attendait le moins.

La superbe pochette de 1000 Fires

Malheureusement cet essai réussi qui demandait une suite ne semble pas vouloir donner lieu à un retour en beauté de l'organe vocal de la miss. Dommage. Car pour l'instant Traci cachetonne toujours dans d'obscurs téléfilms pour le câble qui apparaissent directement en vidéo dans nos contrées (ou carrément dans les Hollywood Nights de TF1). Du gachis évidemment. Comme si elle ne pouvait pas se débarrasser de son image de nymphette du porno. Pour sûr les talents d'actrice de la miss sont loin d'être évidents, mais un grand réalisateur tel que Scorsese (qui avait réussi à rendre Sharon Stone supportable) aurait pû lui donner un rôle anthologique. Traci Lords en femme d'affaire qui connait bien le côté obscur du business semble gérer au mieux son image, un peu en voie d'oubli sur cette fin de décennie. Mais le nombre de sites web qui lui sont dédiés, ainsi que son Mythe toujours vivace (même pour ceux qui n'ont jamais vu un seul de ses films) révélent l'importance tenue par le nom de Traci Lords dans l'imagerie collective de cette fin de siècle (il faut quand même le faire de pondre une phrase finale digne d'une thèse d'agrég sur un tel sujet...)

 


Mise à jour : Traci nous a offert une apparition réjouissante dans la géniale scène d'ouverture du très amusant Blade. En vampirette technoïde, elle nous prouve une nouvelle fois toute l'étendue de son charisme. La très bonne nouvelle c'est que Tsui Hark l'a engagé pour incarner la méchante dans Black Mask 2. Merci monsieur Hark.


 

Oh My Lords ! (blague Lourde, oui je sais...)Traci Lords

 

Diantre ! Sublimissime photoTraci Lords

Vous avez aimé l'histoire de Nora Louise, vous en voulez encore ?

Traci Lords - In The Flesh

Traci Lords                                                  Traci Lords

Site officiel : 

http://www.tracilords.com/

 

index cinéma

m'écrire